← Partagez cette page

La peur de l’échec et le regard des autres nous bloquent pour apprendre et entreprendre

Par:
Catégorie(s): Conseils pour Entrepreneur, Retours d'expérience

La France serait visiblement l’un des pays champions du monde pour démotiver l’esprit d’entreprise ! Il n’y a que 6% des français qui ont ou sont en train de créer une entreprise… ce qui est un chiffre très bas mais finalement pas si surprenant que ça quand on sait à quel point nous avons peur de l’échec !

Peur de l'échec

L’une des causes majeur viendrait de notre éducation… une éducation qui nous rappelle sans cesse qu’il est interdit de se tromper et de faire des erreurs…

Le monde extérieur (nos proches, l’administration, etc) nous rappelle sans cesse que nous sommes responsables de nos échecs et que si on se trompe ou si on fait des erreurs, c’est :

  • qu’on ne maîtrisait pas assez son sujet
  • qu’on n’a pas assez bien travaillé
  • que notre idée était mauvaise
  • qu’on est pas fait pour créer une entreprise
  • qu’on devrait arrêter de chercher à faire ou à vivre différemment des autres
  • qu’on devrait faire comme tout le monde
  • etc…

Et pourtant… ne dit-on pas « Qui ne tente rien, n’a rien » ?

Ce n’est pas seulement la peur de l’échec qui nous démotive à créer une entreprise… c’est aussi la peur du regard et du jugement du monde extérieur face à cet échec !

Et pourtant… ne dit-on pas qu’  « on apprend toujours de ses erreurs » et qu » « il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais ».

En matière d’éducation des enfants, ce sentiment qu’il est interdit de se tromper et de faire des erreurs à 4 conséquences graves qui restent gravées à vie :

  1. une intolérance face à tout ce qui est différent, à tout ce qui sort des sentiers battus ou des codes sociaux établis;
  2. une mauvaise estime de soi entretenue par les professeurs et les parents qui focalisent trop souvent sur les mauvaises notes, les mauvais résultats, plutôt que sur les idées, les forces de chaque enfant;
  3. un manque d’autonomie face à l’erreur chez les enfants qui sont habitués à ne pas travailler pour eux-même mais pour faire plaisir aux adultes (professeurs et parents) qui sont seuls juges de leur travail;
  4. un manque de persévérance…

Je vous invite à regarder cette excellente vidéo pour approfondir cette problématique vécue par cette maman qui a vu ses 2 filles changer totalement de comportement entre une école en Asie puis le retour en France :

« Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme » – Winston Churchill

Lisez aussi ces articles :

Oui je veux recevoir les actualités et conseils de http://AutoEntrepreneurInfo.com





Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

J’aime bien la présentation de Mme Blondel mais je trouve réducteur d’attribuer le manque d’entrepreneuriat en France à la peur de l’échec. Je pense qu’il y a plusieurs raisons, dont une importante pour moi est une certaine passivité des Français. J’ai été frappée aux États-Unis par la façon dont les gens allaient de l’avant et résolvaient leur propres problèmes plutôt qu’attendre l’aide d’une « Providence ». En France, on va peu de l’avant et on n’est pas très indépendants. Ensuite, il y a bien sûr d’autres raisons…

En France nous sommes très aidés : le système de santé est bon (si, comparé à ailleurs !), l’école est gratuite, nous avons des indemnités, des aides … Et évidemment pour avoir tout cela nous payons beaucoup d’impôts, de taxes, etc … Du coup nombre de gens disent « ILS » nous diront … « ILS » ne veulent pas … Ce « ILS » recouvre tous les systèmes administratifs qui, s’ils sont faits pour gérer les situations, souffrent d’un engorgement chronique dû à cette volonté de catégoriser toutes les situations, de réduire toutes les activités à une grille de programmes … et on n’y arrive pas ! Souvent les gens ont envie de faire quelque chose mais on dresse devant eux un mur de paperasses … Alors il faut se lancer en ayant conscience que quelquefois on n’est pas complètement dans la légalité, mais tant pis ! « ILS » n’avaient qu’à m’envoyer plus tôt « le papier », par exemple !
De plus, et là je rejoins les arguments précités, effectivement on a peur « de ne pas vivre comme tout le monde ». Et alors ? Ca vous dérange ? Ca sent mauvais ? Ca vous coûte de l’argent ? Aide-toi, le ciel t’aidera ! … Mais pas Saint Percepteur !

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)