← Partagez cette page

Interview : Cumul d’un emploi salarié et d’une activité d’infographiste en autoentrepreneur

Par:
Catégorie(s): Retours d'expérience

L’interview que je vous propose aujourd’hui intéressera particulièrement celles et ceux qui souhaitent cumuler une activité en autoentrepreneur et continuer à exercer un métier en tant que salarié !

Eva Blanchard a accepté de m’en dire plus sur les raisons de ce cumul, son organisation et la manière de gérer cette double activité. Décidément, les infographistes répondent souvent présents quand je propose de faire une interview… ce sera déjà la troisième fois !

 
1) Bonjour Eva, vous êtes infographiste freelance et cumulez aussi avec un emploi en salariée. Qu’est-ce que cela signifie au quotidien et comment se déroulent vos semaines / comment partagez-vous votre temps entre la facette salariée et celle d’entrepreneur indépendant ?

photo-eva-blanchard

Bonjour ! Et bien, être freelance tout en travaillant, c’est un rythme à prendre ! J’ai la chance d’avoir un travail où j’ai pu aménager mes horaires de façon à commencer tôt le matin et finir tôt le soir. Du coup, je peux consacrer une bonne partie de ma soirée à travailler sur des projets parallèles. J’y consacre aussi parfois ma pause déjeuner si je tombe sur des demandes urgentes et aussi une partie de mes week-ends ! Ca peut paraître bizarre de s’imposer du travail le week-end, mais l’ambiance de travail est plus cool et relax qu’en pleine semaine…

 

2) Pourquoi avoir choisi de cumuler salariat et entrepreneuriat ? Est-ce un choix, une nécessité financière ou une situation subie ou imposée par certains clients ?

Présente sur Internet via les réseaux sociaux, un site web et le réseau professionnel Viadeo, j’ai toujours été disponible pour de nouveaux contrats, sans réellement en chercher, étant donné que j’ai « la sécurité de l’emploi ». Mon premier contrat est arrivé spontanément et quelques autres ont suivi. Après quelques ajustements d’emploi du temps, je me suis adaptée. Le fait de ne pas en être dépendante financièrement, m’offre le loisir d’imposer mes horaires, de ne pas exagérer sur les tarifs, et même de mettre fin à un contrat quand le travail ne se passe pas très bien !

 

3) Envisagez-vous d’arrêter l’une ou l’autre de ces 2 facettes et pour quelle(s) raison(s) ?

Il est évident que combiner activité salarié à temps plein et travail en freelance est un peu intense, mais à mon (jeune) âge, c’est une excellente façon de mettre de l’argent de côté chaque mois. Le plus compliqué est de faire comprendre aux clients que mon emploi du temps n’est pas forcément à leur convenance et que chacun doit s’adapter à l’autre. Je suis obligée de respecter un certain planning et ce n’est pas toujours au goût de tous les clients, mais je serais vite submergée si je ne le faisais pas !

 

4) Quel est votre parcours scolaire/universitaire et professionnel ?

J’ai d’abord obtenu une Licence en Anglais a bout de trois ans, et c’est après celle-ci que je me suis réorientée vers un cursus artistique. Prépa en arts appliqués en un an, suivi d’un BTS de Communication Visuelle. Ma dernière année de BTS s’est faite en alternance, dans l’entreprise ou je suis ensuite passée en CDI en tant que graphiste. N’ayant pas beaucoup de possibilités d’avancement, j’envisage de reprendre mes études de communication théoriques pour pouvoir prétendre à des postes de Directrice Artistique ou Chargé de Communication…

cv eva blanchard

 

 

5) Depuis quand songiez-vous à créer votre propre entreprise et quand vous êtes-vous effectivement lancée ? Quel a été le déclic ou l’événement qui vous a incité à vous lancer ?

L’accès à l’autoentrepreneuriat est tellement simple, qu’une fois que j’ai su comment faire, je ne me suis pas posée la question longtemps et j’ai fait la démarche, juste après avoir obtenu mon BTS. L’élément déterminant était de ne rien avoir à payer si je ne gagnais rien, et donc de ne pas être pénalisée dans les périodes creuses. Et comme on ne sait jamais où le vent nous porte, c’est toujours ça de fait si jamais je me retrouve sans emploi !

 

6) Avez-vous fait une étude de marché ou un business plan et comment avez-vous fixé vos tarifs ?

Je suis allée pêcher quelques informations sur Internet, sur les prix pratiqués par de grandes agences et autres grilles tarifaires de freelances. Etant spécialisée « print » et pas web, j’ai également étudié les tarifs des imprimeurs, pour pouvoir établir les marges que j’allais devoir faire en cas d’impression.

Pour le reste, je m’adapte aux clients (qui ont parfois leur propre grille tarifaire) ou encore au temps passé sur les créations.

 

7) Quelles sont les difficultés que vous avez éventuellement rencontrées et avez-vous été conseillé ou orienté ?

A ce jour, je n’ai pas rencontré de difficultés particulières mais si je viens à quitter mon emploi pour reprendre mes études, je sais que ce qui m’attend au niveau du Pôle Emploi et de mon statut de travailleur indépendant risque d’être un parcours du combattant. La mise en relation des deux et le recalcul des indemnités par rapport aux recettes de l’activité sont, d’après ce que j’en sais, un désordre administratif assez compliqué…

 

site eva blanchard

 

8) Quel type d’activité avez-vous déclarée lors de votre inscription en autoentrepreneur ? Envisagez-vous de changer de statut pour développer cette activité ?

Je suis autoentrepreneur déclarée en « activités de pré-presse » et j’ai opté pour une déclaration trimestrielle. J’aurais pu opter pour la Maison des Artistes, qui offre en plus des avantages culturels intéressants, mais la procédure m’a paru beaucoup plus compliquée que l’autoentreprenariat. Je n’envisage pas de changer de statut pour l’instant, à part peut-être de passer sur une déclaration mensuelle si mes contrats deviennent plus fréquents.

 

9) Comment faites-vous pour trouver des clients et les fidéliser ? Avez-vous une démarche proactive ou purement opportuniste ?

Comme je disais plus haut, étant donné que je suis salariée, j’attends que les clients viennent à moi ou alors je réponds à certaines offres. Surtout parce que je ne veux pas être submergée et rester libre de mon emploi du temps.

 

10) Quels conseils pratiques donneriez-vous à celles et ceux qui voudraient se lancer comme indépendant (quelque soit l’activité précise) ?

D’après moi, la présence de l’activité sur Internet est importante. Autant que faire se peut, avoir un site, un blog ou une présence visible sur les réseaux sociaux professionnels, est un bon moyen de créer une vitrine de son activité, quelle qu’elle soit. Se créer des alertes mail d’offres d’emploi ciblées ou être en veille active est important pour chercher de nouveaux clients mais également pour montrer que notre entreprise est toujours active et disponible. Internet est un bon outil de partage et de communication étendue, il faut en profiter !

 

 

Plus d’informations sur Eva Blanchard : Je suis graphiste, principalement « print » depuis 4 ans et depuis 2 ans en autoentreprise. Même si j’ai une expérience web, je suis plus à l’aise sur la communication papier et c’est principalement ce que je propose. Mon site : www.evablanchard.fr

Lisez aussi ces articles :

Oui je veux recevoir les actualités et conseils de http://AutoEntrepreneurInfo.com





Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)