← Partagez cette page

Les auto-entrepreneurs seraient des « branleurs » qui « cassent les pieds » de la CIPAV

Par:
Catégorie(s): retraite

arnaque-cipavJe vous avais alerté le mois dernier du rapport de la Cour des comptes publié en février 2014 et qui pointait du doigt la mauvaise gestion de la CIPAV, caisse de retraite complémentaire des professions libérales.

Suite à ce rapport accablant et particulièrement inquiétant sur l’avenir de nos retraites, nous apprenions que la CIPAV ne souhaitait plus gérer la retraite des auto-entrepreneurs, tout simplement…

Le journal l’Express en rajoute une couche (s’il en était encore besoin) en rapportant des propos que lui aurait tenu le président de la CIPAV Jacques Escourrou, indiquant que « les auto-entrepreneurs nous cassent les pieds! »… (Source)

D’après lui  les auto-entrepreneurs ne paieraient que très peu de cotisations et coûteraient même plus cher que ce qu’il ne rapporteraient à la CIPAV en matière de cotisations, au point que ce statut créerait en réalité des « sous-retraités », ainsi que des « sous-salariés déguisés » qui ne pourront jouir que d’une « retraite minable »

Les mots sont durs, et même s’ils ont le mérite de rappeler que nos cotisations ne nous donnerons pas une retraite suffisante pour vivre, il n’est pas respectueux de juger et de traiter ainsi tout un pan de la société active qui cherche justement à s’en sortir et à ne plus vivre au crochet des autres !

Selon la CIPAV, le coût réellement lié à l’arrivée des auto-entrepreneurs s’élèverait désormais à 200 millions d’euros par an pour la CIPAV, alors qu’ils ne rapporteraient « que » 140 millions d’euros par an (au titre de leurs cotisations). On se demande bien d’où ce chiffre de 200 millions est sorti… à moins que ce ne soit qu’une diversion ou une excuse pour justifier les placements médiocres, peu transparents et au rendement peu satisfaisant et les retards catastrophiques de la CIPAV pointés du doigt par la Cour des comptes… En effet, d’après ce rapport :

  • Certains administrateurs bénéficieraient d’un traitement privilégié;
  • La gestion des placements serait médiocre et peu transparente;
  • Le rendement de ces même placements serait peu satisfaisant et la gestion risquée;
  • La CIPAV n’aurait toujours pas inscrit les cotisations des auto-entrepreneurs sur leurs comptes et n’aurait donc évidemment pas encore enregistré leurs droits à la retraite.
  • etc…

Comment peut-on alors se permettre de traiter les auto-entrepreneurs de « branleurs » quand les audits répétés de la Cour des comptes sont aussi critiques, explicites et précis ?

Lisez aussi ces articles :

Oui je veux recevoir les actualités et conseils de http://AutoEntrepreneurInfo.com





Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

si ils essayent de nous spolier , ils ont intérêt à courir vite car on ira les chercher dans leurs maisons personnelles !

à l’attention de Jacques Escourrou,
Monsieur,
les auto-entrepreneurs représentent un certain pourcentage d’acteurs qui ne souhaitent pas travailler au noir!
Que leur retraite serrait minime ne les inquiète pas est plus tôt positif! Car ces entrepreneurs savent à quoi ils s’engagent et pour le temps de leur fonctionnement ce sont des citoyens qui vivent bien mieux qu’avec le statut salarié!!!
Mais si nous Auto-entrepreneurs vous agaçons tant, démissionnez de vos fonctions personne ne vous regrettera.
Apprenez Monsieur que vos propos sont discriminatoires et peuvent donc se faire traduire en justice.
Salutations
JeanPaul Meyer
Baron de Düliquen

On raille les fonctionnaires … voilà de quoi ajouter de l’eau au moulin des humoristes ! Après maints jeux de mots du genre « Petit Travail Tranquille » et « Reste Assis T’es Payé » (pas trop méchant) voilà qu’arrive « Cotisation Institutionnelle Pour Arrêter les Vocations ».
C’est grave … apparemment, ils ont envie de gérer les retraites des hauts niveaux et pas des smicards que nous sommes …
Développez votre entreprise ? OK, trouvez-moi des élèves (je suis professeur de musique) ! Moi ma journée n’est pas finie quand je sors du bureau …

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)