← Partagez cette page

4 conseils pratiques pour éviter les impayés

Par:
Catégorie(s): Comptabilité, Conseils pour Entrepreneur

Les impayés et les clients qui traînent à régler les factures, c’est la plaie des petites entreprises, des indépendants comme des PME qui ont parfois une trésorerie qui leur permet à peine de survivre…

eviter-impayes

Idéalement il faut effectivement prévoir dans votre trésorerie un pourcentage d’impayés et les délais de paiement éventuel de la part de clients indélicats ou malhonnêtes, mais entre la théorie et la pratique il y a un pas que beaucoup de jeunes entreprises ne peuvent franchir…

Quoi qu’il en soit, gardez en tête un objectif de trésorerie pour pouvoir survivre pendant au moins 3 mois…

Mais concrètement, que peut-on faire pour éviter les impayés et les retards de paiement ?

 

Voici quelques conseils pratiques qui réduiront au maximum ce risque d’impayés, et inciteront vos clients à vous respecter

  1. Toujours faire signer un bon de commande à vos clients : un engagement écrit (même par email) réduira déjà le nombre de clients qui se risqueront à ne pas payer vos factures, et en cas d’impayé, vous aurez une preuve concrète à produire en justice.
  2. Préciser en toute transparence les modalités de paiement sur le bon de commande pour que vous soyez bien d’accord dès le départ.
  3. Demander un paiement partiel à la commande, ce qui engage votre client, limite le risque d’impayés et démontre qu’il y a bel et bien eu volonté de passer commande !
  4. Préciser le montant des pénalités de retard sur vos factures ainsi que le montant de l’indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement : ce sont des obligations légales pour établir une facture et ça incitera les clients à ne pas mettre de côté vos factures et de les oublier parmi tout un tas d’autres courriers…

Lisez aussi ces articles :

Oui je veux recevoir les actualités et conseils de http://AutoEntrepreneurInfo.com





Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Point 4 n’a pratiquement aucun effet ; c’est une obligation légale, c’est tout. Les Français sont les seuls dans le monde, je crois, qui croient qu’écrire des extraits des textes légaux partout change le comportement des gens.

Dans le domaine de traduction, on peut toujours rêver en ce qui concerne point 3, mais on aura peu de travail si on insiste. Ça peut être difficile pour une entreprise de gérer. Par contre, pour des clients particuliers, c’est une bonne idée.

Points 1 et 2 sont pertinents mais ils ont peu d’effet.

Dans le domaine de traduction encore, il existe des sites comme proz et gotranslators où les traducteurs peuvent noter les clients ; ça vaut la peine d’y aller voir si un client est un mauvais payeur avant d’accepter commande.

On peu aussi s’abonner sur un site de référencement de crédit afin de pouvoir évaluer la stabilité du client avant d’accepter commande. Ça ne marche pas pour les clients particuliers.

Malheureusement, pour un commentaire sur un site français, les Français ont été les plus mauvais payeurs en général dans mon cas ; non pas tous, il y avait des bons payeurs, mais c’était surtout les agences de traduction françaises qui posaient problème. Ainsi, si on travaille dans la traduction, on peut réduire le risque d’impayés et de retards en évitant les agences françaises et d’ailleurs en se faisant une idée de la mentalité d’un pays à l’autre. Les bons payeurs français étaient plutôt les entreprises qui faisaient traduire leurs notices directement chez un traducteur sans passer par une agence.

En se faisant une impression de la façon avec laquelle un nouveau client communique à vous, vous pouvez savoir s’il a une attitude commandant/arrogant/méprisant/impatient etc., puis éviter ce genre de client. Si on ne se sent pas à l’aise avec le client, ce n’est pas une bonne idée d’accepter commande. Écoutez votre ‘sixième sens’. C’est surtout la mentalité qui fait payer en retard, donc c’est la mentalité qu’il faut évaluer. En Allemagne, par exemple, ce n’est pas bon ton d’essayer de rouler les autres dans la farine, comme on le voit trop en France. Donc, on peut faire plus de confiance à une entreprise allemande que française, par exemple.

Il ne faut pas croire qu’il s’agit de xénophobie etc. ; ce sont des observations basées sur la vraie vie.

Bonjour,

Vos conseils sont tout à fait judicieux.

Je ne suis pas d’accord avec le commentaire de Finn Skovgaard concernant les points 1 et 2.

Évidemment, les mentions sur les CGV n’empêcheront pas le client de payer en retard, mais si les choses se passent mal et qu’il faut aller en justice, l’entreprise devra fournir des preuves :

– bon de commande ou devis signé,
– des conditions générales de vente acceptées par le client, bien lisibles et au recto du document,
– facture avec les mentions obligatoires et la date de paiement,
– bon de livraison émargé ou bon de réception des travaux.

Avec ces précautions vous démontrez votre sérieux et votre professionnalisme. Le client le percevra et respectera plus facilement ses engagements. Cependant, toutes les entreprises subissent les retards de paiement et les impayés.

En dehors du paiement à la commande, il n’existe aucun moyen d’être sûr à 100 % d’être payé !

Tout à fait d’accord avec les conseils délivrés précédemment.

Les délais de paiement sont directement liés à plusieurs facteurs : la santé financière de vos clients bien-sûr, mais aussi et surtout la correspondance service attendu/service rendu et le suivi client.

Concernant la correspondance service attendu / service rendu :
– Au moment de la vente, expliquez votre offre, formalisez (par un contrat / devis) et validez l’accord du le client (signature),
– Exposez d’emblée les délais de paiement,
– Préservez-vous des litiges et sécurisez votre chiffre d’affaires en faisant accuser réception de votre prestation.

Concernant le suivi clients :
– Prenez le temps de faire connaissance avec vos clients, vérifiez son identité et notez les coordonnées de chaque intervenant dans l’acte d’achat,
– Facturez au plus tôt et assurez-vous que votre client valide la facture en l’état, n’attendez pas avant de relancer,

Concernant la santé financière de vos clients :
– Renseignez-vous sur la santé financière de vos nouveaux clients et restez attentif à celle de vos clients réguliers,

Chaque étape est importante et pour résumer, limiter les impayés de votre entreprise, c’est « optimiser votre suivi clients ».

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)